Articles

Un Noël adventiste

26 décembre 2016

La phrase défie l’imagination, teste les possibilités. L’association d’un adjectif aussi distinctif avec la fête la plus chargée de sens et commerciale du calendrier semble à première vue discordante, voire mal avisée. La foi que nous pratiquons le reste de l’année — un appel aux normes et à la sobriété, à des vérités bien vécues contre un flot de mondanités – devient silencieuse et inconfortable parmi les Clauses, les crèches et les cannes à bonbons. Nous ne sommes pas sûrs que les mots « Adventiste” et « Noël” appartiennent ensemble, comme si nous avions découvert une de ces dissonances toniques qui font trembler les os.
Comme des siècles de protestants avant nous, les Adventistes ont officiellement été prudents quant à la célébration de Noël, quelles que soient nos pratiques privées. Bien que certaines grandes congrégations allument des rangs de bougies et coupent des arbres du sanctuaire, dans de nombreuses églises adventistes, il sera peu fait mention de la célébration de la naissance du Christ, comme si tourner le dos collectif aux excès de la fête les ferait en quelque sorte disparaître. Oui, nous chanterons un chant ou trois – mais il y a de fortes chances que le sermon du Sabbat le plus proche de la fête porte plus probablement sur l’intendance ou l’abnégation que sur le mystère de l’Incarnation. Soucieux d’être pris pour ceux qui sanctifient les traditions des hommes, nous nous éloignons de ce que nous ne pouvons pas contrôler.

Noël, donc, devrait être la plus adventiste des fêtes

Et pourtant, et encore. . .
La doctrine capturée en notre nom même — ”adventiste » – proclame au monde notre foi inébranlable dans l’enseignement biblique que le Seigneur qui a déjà envahi l’histoire le fera encore pour rançonner Israël captif: le Christ qui est venu une fois comme un bébé sans défense reviendra bientôt comme notre Sauveur omnipotent. Croire en la Seconde Venue n’a de sens qu’en présence d’une étreinte tout aussi vigoureuse de la vérité de la Première Venue: « Et la Parole s’est faite chair et a habité parmi nous, et nous avons vu Sa gloire, la gloire comme du seul engendré du Père, pleine de grâce et de vérité ” (Jean 1:14).* L’adventisme, à la base, proclame — et célèbre – les deux venues, rappelant à un monde irréfléchi que ce qui a commencé à Bethléem ne s’exprimera encore pleinement que lorsque nous aurons nous-mêmes trouvé une chambre dans une auberge de la Nouvelle Jérusalem.
Noël, donc, devrait être la plus adventiste des fêtes, une occasion sans précédent pour nous d’annoncer notre fidélité à l’enseignement complet de la Bible sur les venues du Christ. Plutôt que de s’abandonner à la célébration de la culture, ou pire encore, de l’ignorer complètement, c’est notre saison pour annoncer la meilleure des bonnes nouvelles.
Oui, racontez-moi l’histoire de Jésus ce Noël, mais ne le laissez pas impuissant dans une crèche, enveloppé dans des langes. Assurez-vous que j’entends aussi parler de la pierre de Daniel 2, « découpée de la montagne sans les mains », qui promet de faire s’effondrer tous les royaumes de ce monde.
Oui, parlez-moi encore des anges et des bergers, mais ne me laissez pas manquer la vérité sur le Grand Berger dont les brebis connaissent encore Sa voix et Le suivent quand Il dit: « Sortez d’elle, mon peuple” (Apoc 18:4).
Venez, adorons-Le. Assurez-vous de me dire que même si je ne le choisis pas comme mon Sauveur, un jour arrive très bientôt où « au nom de Jésus, tout genou devrait s’incliner, de ceux qui sont au ciel, et de ceux qui sont sur la terre, et de ceux qui sont sous la terre, et que toute langue devrait confesser que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père” (Phil. 2:10, 11).
Et quand vous me direz que les sages ont offert leurs dons et se sont inclinés bas, assurez-vous que vous m’invitez à « craindre Dieu et à Lui rendre gloire, car l’heure de Son jugement est venue; et adorez Celui qui a fait le ciel et la terre, la mer et les sources d’eau” (Apoc 14:7).
Cette année, soyez un témoin joyeux des deux venues du Seigneur. Sortez, alors, et en Son nom, profitez d’un Noël complètement adventiste.